Le matériel

Le matériel,

Hé bien oui, pour un loisir artistique comme la photo, on ne peut pas le sous estimer.

Plus qu’un outil, c’est un véritable partenaire, on doit donc le choisir avec le plus de sérieux possible.

Le boitier :

Tous les fabriquants font de beaux et pratiques appareils photos, mais on doit avant tout sentir une sorte de symbiose entre l’utilisateur et le produit utilisé. Je pense pour ma part que bien au delà de la fiche technique, même si elle est très importante, le « coup de foudre » doit se produire dés la première prise en mains. L’ergonomie est donc la première caractéristique qui va s’imposer face aux autres.

Après avoir débuté avec Konica Minolta en numérique, j’ai renouvelé mon matériel en choisissant des boitiers Nikon.
Le D300 depuis 2009 a été remplacé par le D500 regroupant toutes les avancées technologiques permettant la prise de vue en hauts ISO sans complexes, ainsi que la vidéo 4k.
Le D300 reste néanmoins à l’appui du D500 comme second boitier de secours.

Nikon D500

nikon-d500-image-03

Nikon D300

Le Grip :

Facultatif, il est très utile pour les photos prises en format « portrait » pour ceux qui, comme moi, ne veulent pas se tordre le bras lorsqu’ils basculent leur appareil.

Les commandes principales sont déportées et l’on peut tout gérer comme en tenue type « paysage ».

L’autre grand intérêt d’un grip est de pouvoir embarquer une batterie supplémentaire et ainsi augmenter l’autonomie de l’ensemble.

Ici, pas trop de choix possible quand on veut un produit sérieux, il faut prendre l’accessoire idoine.

– MB-D10

L’ensemble devient ainsi assez lourd et imposant !

Les Objectifs :

Dernier rempart entre le sujet photographié et le capteur (ou la pellicule), c’est lui qui détermine la focale, et l’ouverture de par ses caractéristiques.

Les prix s’étalent d’un rapport de quelques centaines d’Euros à plusieurs milliers Euros.

La qualité est évidemment au cœur du problème quand il s’agit de choisir parmi le vaste choix proposé par les constructeurs, mais elle est également facteur d’une augmentation rapide de la facture.

Ceux là accompagnent mon boitier

– 105mm f/2.8G AF-S VR Micro NIKKOR

– AFS DX NIKKOR 10-24mm-f-3-5-4-5g

– 70-200mm f/4-ED VR NIKKOR

– 18-200mm f/3.5-5.6G IF-ED AF-S VR DX NIKKOR

– AF-S NIKKOR 50mm f/1.8G

nikon-50mm-1-8-af-s-g

– AF-S DX NIKKOR 35mm f/1.8G

879204562

– AF-S NIKKOR 200mm-500mm f/5.6E ED VR

nikon_af_s_nikkor_200_500mm_f_5_6e

L’éclairage artificiel :

Le flash, l’outil indispensable quand la lumière vient à manquer.

Tête pivotante et basculante, nombre guide, possibilités d’utilisation en déporté , toutes les caractéristiques sont importantes à regarder avant l’achat !

J’utilise le

– Speedlight SB-900

Le sac :

Poids, taille, résistance, protection, modularité, tout est à prendre en compte pour ne pas se tromper.

Je range tout mon barda dans celui-ci

– LOWEPRO Flipside 400 AW

Le trépied :

Besoin de stabilité ?

Nécessaire pour les poses longues et pour s’affranchir de tenir l’appareil, le trépied et la tête qui le compose sont tout aussi importants que le reste du matériel dès lors que l’on en a l’utilité. Le monopode quand à lui soulage du poids du matèriel et permet une bonne stabilisation notament lors de l’utilisation du 200-500 Nikkor.

J’emporte toujours avec moi le

– Manfrotto 681B

manfrotto-681b

– Manfrotto 190 XPROB et sa rotule 3D 804RC2

 

 

Maintenant, avec tout ça, il n’y a plus qu’ à ………………………………………………………………………………………………….!